Insolite

« Tu étais habillée comment ? »

Tu étais habillée comment ?

Et vous là-bas ! Vous êtes charmante, ça vous dit une glace à la menthe ?

Une approche toujours très agréable pour la femme qui sort de chez elle pour aller travailler.
Comment résister à ces phrases si poétiques ?
Bon, on a été gentils, ce n’est pas souvent une glace à la menthe qui est proposée, mais on ne veut pas vous choquer.

« Tu étais habillée comment ? »
Voilà une expo qui attise notre curiosité.
Quand l’art dénonce, nous, on adore.

C’était début septembre, l’université du Kansas présentait une exposition de 18 tenues portées par les victimes de viol et agression sexuelle.
Car on l’entend régulièrement cette excuse « oui, mais elle l’a cherché, elle avait une jupe courte. »
STOP.
Les femmes ne s’habillent pas pour vous.
Et non, les vêtements courts ne vous invitent pas à entrer.

Excusez-nous on s’emporte.

18 tenues exposées, 18 tenues qui prouvent que le choix de la tenue n’est pas la cause de ses actes violents.
18 tenues accompagnées des témoignages des victimes.

Ce projet nous vient de Jen Brockman, directrice du Centre de prévention et de la sensibilisation aux violences sexuelles de l’Université du Kansas, mais aussi du docteur Mary A.Wyandt-Hiebert, chargée de la sensibilisation au viol de l’Université de l’Arkansas.


« Mon tee-shirt jaune préféré, mais je ne me souviens plus du pantalon. Je me souviens être confuse et juste vouloir sortir la chambre de mon frère et retourner regarder mes dessins animés. »

Tu étais habillée comment ?
« Une robe d’été. Des mois plus tard, ma mère m’a reproché de ne plus porter de robes. J’avais six ans. »

Tu étais habillée comment ?
« Je ne suis pas allée au travail deux jours après l’agression. Lorsque je l’ai raconté à ma patronne, elle m’a posé cette question. Je lui ai répondu : Un tee-shirt et un jean, connasse, que porter d’autres à un match de basket ? Je suis partie sans jamais revenir. »
Tu étais habillée comment ?
« Un tee-shirt et un jean. C’est arrivé trois fois dans ma vie, par trois personnes différentes. À chaque fois, je portais un tee-shirt et un jean. »