Découvrir

Etre une femme, être une peintre – Sonia Delaunay

« Jeune demoiselle recherche un mec mortel
Un mec qui pourrait me donner des ailes
Un mec fidèle et qui n’a pas peur qu’on l’aime »
Eh oui, vous ne rêvez pas, c’est bien Diam’s…
Mercredi. Le jour des activités périscolaires (même nous on sait ça). Certains font du sport. Mais bon, ce serait trop éloigné de notre univers. D’autres font de la musique. Trop éloigné aussi. Et puis certains font de l’art. Ah… On tend l’oreille… Vous apprenez les techniques du cubisme, vous découvrez qui est Mona Lisa. Trop cliché. Peut-alors connaissez vous Robert Delaunay ? Si oui tant mieux, si non, tant mieux aussi puisque de toute façon, ce n’est pas de lui dont on va parler, mais de sa femme.

delaunay

Sonia Delaunay nait en 1885. Adoptée à l’âge de 5 ans, elle grandit dans un milieu aisé et cultivé. Elle étudie le dessin en Allemagne. A 20 ans, elle s’installe à Paris, y suit des cours, puis s’en écarte, et commence à travailler seule.

Sonia découvre le fauvisme, mais veut le dépasser. Elle reprend toutefois les couleurs vives. Très vives. Ça pique un peu les yeux non ? Enfin au moins, elle a permis à notre petit Robert de s’écarter des tours Eiffel sombres.

delaunay

 

En parlant de Robert, sachez qu’il ne fut pas son premier mari. A travers ses leçons de gravure, Sonia rencontre le galeriste allemand, Wilhelm Uhde, avec qui elle se marie.

Mais vous commencez à être habitué, un retournement de situation s’ensuit : en exposant dans la galerie de Wilhelm Uhde, Sonia rencontre Pablo Picasso, Georges Braque, et … Robert Delaunay. Coup de foudre ou longs espoirs ? Aucune idée, mais ce qui est sur c’est qu’ils se sont mariés, qu’ils ont eu un enfant, et qu’ils vivaient bien au dessus de leurs moyens.

Sonia réalise sa première œuvre abstraite avec du textile en 1911. Une couverture pour son petit Charlot. Sonia continue de jouer avec les couleurs, et utilise collages, reliures de livres, et déchets de tissus. On lui demanderait bien une serviette pour la plage.

delaunay

Projet de tissu simultané n° 6, Sonia Delaunay, 1924, gouache lavée, inv. 40393. © Les Arts Décoratifs

Alors on l’aime notre Sonia, mais comparée à Artemisia ou à Frida, Sonia vit confortablement. Le couple finit même en Espagne, en 1914. Ils y restent pendant 7 ans. Sonia considère cette période de leur vie comme de grandes vacances. Plutôt sympa quand nous on bosse en pleine canicule.

delaunay

Sonia lance sa carrière en illustrant des poèmes et des couvertures de catalogue. Elle travaille sur les couleurs pour créer des mouvements s’inspirant des danses espagnoles. Et crée des costumes pour de nombreux spectacles.

Et ainsi naquit une grande business woman. Sonia ouvre une boutique et un atelier de couture, avec dépliants publicitaires, vitrines, mannequins et tout et tout. Enfin, malheureusement, la crise économique américaine se fait ressentir en France. Sonia ferme la boutique. Bon finalement c’était pas une si grande business woman.

delaunay

Alors certes, le nom Delaunay s’associe souvent à Robert. Mais que serait Robert sans sa Sonia ? Entre 1941 et 1946, après la mort de Robert, Sonia a pour objectif de mettre ses œuvres en valeur. Apparemment, Robert dérangeait trop. Sonia réunie donc les notes de son mari, et les envoie à Joseph Delteil qui rédige un livre. Elle expose ses œuvres et organise des rétrospections.

delaunay

Alors pourquoi cet article sur Sonia Delaunay ? Parce que Sonia a passé une grande partie de sa vie a crée avec et pour son mari. Museum lui rend hommage, car elle existe aussi en tant qu’artiste à part entière. Et on vous le prouve : pour le Palais des chemins de fer, elle réalise d’immenses peintures murales. Elle continue de peindre, même pendant la guerre. En 1945, elle expose à la galerie René Drouin. En 1948, elle expose avec Sophie Taeuber. En 1949, elle participe au IVe Salon international de l’art mural.

delaunay

Et c’est pas fini : en 1953, elle participe à l’exposition Le Cubisme, 1907-1919 du Musée d’art moderne de Paris. En 1955, elle expose à New York. Elle réalise une immense porte pour le Salon automobile de 1957. Et ce n’est toujours pas fini : Sonia Delaunay est la première femme à avoir eu, de son vivant, une rétrospective au musée du Louvre. Elle a réalisé l’affiche de l’UNESCO de 1975, et a reçu la distinction d’officier de la Légion d’honneur.

delaunay

Bref, Robert ne serait rien sans Sonia, Sonia ne serrait rien sans Robert. Enfin quoi qu’il en soit, c’est sa vie. A elle.

A demain pour découvrir la mère des Nanas: Niki de Saint Phalle. Et pour les retardataires, hier c’était Frida Kahlo.