Découvrir

Piet Mondrian

Piet Mondrian

Si nous devons nommer un nom pour cette semaine spéciale cubisme, c’est bien le sien.
Le maître du carré, le maître du rouge, bleu et jaune, mais de qui parlons nous ?

Les plus attentifs d’entre vous auront lu le titre, Piet Mondrian !

Piet Mondrian

Mondrian entre à l’Académie Nationale des Beaux-Arts d’Amsterdam en 1892.
Il devient alors un peintre réaliste, soucieux du détail et de la représentation parfaite de la nature. C’est en effet la peinture réaliste qui donne l’accès aux révélations spirituelles et aux « vérités supérieures »… Enfin, selon une traditionnelle pensée protestante…

Bref, bref, bref ! On n’est pas ici pour refaire la page Wikipédia de Piet Mondrian.

Parlons de son œuvre qui a fait son incompréhensible succès.

Non pas que l’on doute de son talent, on est simplement jaloux de ne pas y avoir pensé.

Enfin… Si seulement on en était capable…

Piet Mondrian
Analysons ensemble celui-ci voulez-vous ?
Que voyez-vous ?

Bon… si vous voyez une licorne sous un arbre, on vous communiquera le numéro d’un psy.
Si vous répondez des lignes, vous avez tord. Enfin, oui, mais non.

Le titre de l’œuvre est « Broadway boogie woogie ».
Ainsi, l’œuvre représente la ville de New-York stylisée. Un hommage à la ville qui a accueillit notre artiste pendant la Seconde Guerre mondiale.

Oui parce que, on ne vous a pas dit ! Mais Mondrian est Hollandais, il a fui à Londres en 1938 puis à New-york.
À New-York, il est comme un poisson dans l’eau, ou devrions-nous dire, un vers dans la big apple. (on est très fière.)
Tellement bien qu’il se met au boogie-woogie ! Et badaboum, voici le titre du tableau.

Le jaune représente alors les taxis de la ville et le rouge et le bleu les néons des grandes enseignes qui décorent le paysage.
Un mélange de mouvement et de rythme.

Piet Mondrian
Hélas, notre artiste meurt en 1944 en nous laissant un tableau inachevé.
Enfin, un tableau inachevé qui a été racheté pour 35 millions d’euros par le musée municipal de La Haye.

Piet Mondrian

Le plus beau dans cette histoire, c’est que l’on vient de se rappeler qu’on avait déjà écrit sur lui ! À l’occasion de l’exposition au Gemeentemuseum !