ArtNews, Découvrir

ON A FAIM !

On en peut plus chez Museum ! On s’est encore cru malins de prendre des résolutions le 01 janvier du style « En 2019, on arrête la malbouffe et on fait attention à ce qu’on mange ». Après trois semaines à manger des salades, des carottes et de la soupe, on rêve de burgers, de pizzas et de frites ! On regrette déjà cette phrase dite après avoir bu 2 Caïpirinha de trop.

Andy Warhol, Campbell’s Soup Cans, 1962

Alors, pour lutter contre notre frustration immense de n’avoir même pas un petit gâteau qui traîne sur le bureau, on s’est dit qu’on allait noyer notre chagrin en parlant de la nourriture dans l’art. Parce qu’en plus de nous mettre l’eau à la bouche, il est intéressant de voir comment les artistes ont représenté les aliments dans leurs œuvres.

On peut diviser la présence de nourriture dans l’art en deux catégories : la  catégorie #healthy avec des œuvres datant plutôt de la Renaissance et de la fin du 19e siècle  et puis la catégorie #pornfood avec des œuvres plutôt contemporaines du 20e siècle.

#TeamHealthy

On commence en douceur avec des tableaux représentant des aliments relativement sains.

Le Caravage, Corbeille de fruits, 1591-92

Durant la période moderne, on trouve beaucoup de représentations de fruits. Il faut dire qu’à l’époque, ils ne devaient pas connaître les hamburgers ou les tacos (les pauvres), du coup, ils étaient plutôt limités en choix.

Mais dans certains cas, on peut voir des aliments plus copieux, mais pas forcément mis en scène de manière à ouvrir l’appétit…

Pieter Aertsen, La Fuite en Egypte (l’étal de boucherie), 1551

D’autres œuvres mettent en scène la nourriture, comme la Laitière de Veermer, mais honnêtement, à part nous donner envie de manger des yaourts, c’est pas ça qui calme notre désir de dévorer la première chose qui nous passera sous le nez.

Johannes Veermer, La Laitière, 1658

La fin du 19e siècle siècle s’inscrit dans la même lignée, avec de la nourriture saine et des scènes de pique-niques champêtres, sans chips ni saucisson (#tristesse).

Paul Cézanne, Nature morte au Cupidon de plâtre, 1895

 

Édouard Manet, Le Déjeuner sur l’herbe, 1863

 

Édouard Manet, L’Asperge, 1880

#TeamPornfood

Et puis, miracle, la société de consommation est arrivée et la malbouffe avec ! Et les artistes ne se sont pas fait prier pour mettre en avant tout ça. Bien souvent de manière cynique, le gras, le sucre et le cholestérol sont devenus des sujets clés de l’art contemporain et du Pop Art plus particulièrement.

Roy Lichtenstein, Sandwich and Soda, 1964

 

Duane Hanson, Supermarket Lady, 1969

La mise en scène de toute cette nourriture permet de prendre conscience de l’excès de la consommation.

Erró, Foodscape, 1962-64

Avec ses sculptures molles et ses œuvres intégrées dans l’espace public, le chef en matière de nourriture artistique est Claes Oldenberg :

Claes Oldenburg, Two Cheeseburgers, 1962

 

Claes Oldenburg, Floor Cake, 1962

 

Claes Oldenburg, Cornet de Glace, 1980

Et puis, à un moment donné, on a plus trop contrôlé tout ça, et des œuvres et performances ont émergé, nous coupant tout d’un coup la faim…

Vik Muniz par exemple, va reproduire de célèbres tableaux avec de la véritable nourriture.

Vik Muniz, Méduse du Caravage, Fait à partir d’un plat de spaghettis bolognaise

Jana Sterbak va elle réaliser une robe en viande, qui inspirera plus tard une certaine Lady Gaga…

Jana Sterbak, Vanitas : Robe de chair pour albinos anorexique, 1987

Et d’autres encore, comme Paul McCarthy vont performer avec la nourriture. Dans Hot-Dog, il va se tartiner le sexe de sauce pour reprendre l’idée d’un hot-dog et va se gaver de hot-dog jusqu’à déglutir et s’étouffer. Voilà, voilà…

Paul McCarthy, Hot Dog, 1974

Finalement,avec tout ça, on peut dire que les régimes c’est so 2010. L’art est là pour vous aider à tenir vos résolutions parce qu’honnêtement, vous avez vraiment envie d’engloutir un hamburger après tout ça ?

Oh, on doit vous laisser, on nous appelle pour manger une galette ! (oh wait…)