Découvrir

Dernière semaine pour découvrir l’exposition « Picasso. Chefs-d’œuvre ! » !

Parfois, la vie nous mène à des questionnements. Par exemple, en mangeant la galette de ce midi, à la rédac, on s’est demandé s’il y avait une vie après la mort.
En effet, les repas chez Museum ne sont pas de tout repos.
On n’a pas réponse à tout, mais si, en mangeant votre galette la question « Quel sens a la notion de chef-d’œuvre pour Pablo Picasso ? » vous turlupine, on sait où vous pouvez trouver la réponse : le Musée national Picasso-Paris.

Mais dépêchez-vous, il ne vous reste qu’une semaine pour découvrir l’exposition !

Une exposition qui retrace la vie de Picasso à travers 16 séquences inédites, pour poser un nouveau regard sur l’artiste et sa création. Mais ne comptez pas sur nous pour vous spoiler toute l’histoire !
On va plutôt s’interroger sur les arlequins de Picasso. Des personnages qu’il commença à peindre en 1901 jusqu’à la fin de sa vie.

Pablo Picasso – Le peintre Salvado en arlequin – Paris,1923 – Huile sur toile – 130 x 97 cm
AM4313P © Succession Picasso 2018 – Gestion droits d’auteur
Localisation : Paris, Centre Pompidou – Musée national d’art moderne – Centre de création industrielle Photo © Centre Pompidou, MNAM-CCI, Dist. RMN-Grand Palais / Adam Rzepka

L’arlequin, ce personnage de la Commedia dell’arte apparu au XVIe siècle en Italie est, pour Picasso, la représentation de son double. Un symbole de mélancolie et de solitude. Il va s’attacher à ce personnage, et même peindre son fils Paul en Arlequin.

Pablo Picasso (1881-1973) Paul en Arlequin, 1924 – Huile sur toile / H. 130 ; L. 97,5 cm – Paris, musée

En effet, nous sommes loin de sa période cubiste, il faut dire que Picasso en a fait des choses !

Pablo Picasso – Arlequin assis – Paris, 1923 – Huile sur toile – 130,2 x 97,1 cm – Kunstmuseum Basel
Dépôt permanent de la ville de Bâle, 1967, G.1967.9 – Photo de Martin P. Bühler © Succession Picasso 2018

Les couleurs du personnage font référence à ses multiples facettes.
L’attachement de Picasso pour les arlequins n’a rien d’étonnant, on y trouve même une ressemblance entre ces deux personnages difficiles à cerner.

Pablo Picasso Arlequin au miroir Paris,1923 Huile sur toile 100 x 81 cm Musée National Thyssen-Bornemisza, Madrid © Museo Nacional Thyssen-Bornemisza/Scala, Florence © Succession Picasso 2018

Alors ? Convaincus ? Rendez-vous au Musée Picasso Paris jusqu’au 13 janvier !

Heureusement pour vous, l’équipe d’Art News vous propose de la découvrir depuis votre canapé :