Découvrir

Le Penseur de Rodin

Vous aussi, ça vous est déjà arrivé de voir quelqu’un dans le métro en pleine réflexion. Et tout le long du trajet vous vous demandez « mais à quoi peut-il bien penser ? ». Et de là, on lui imagine une vie passionnante, alors qu’en réalité, il doit juste être en train de se demander si il mangera ses pâtes avec du gruyère ou du parmesan.

Et puis, il y a Le Penseur de Rodin.Pour son cas, cela fait plus de 100 ans qu’il pense. À qui ? À quoi ? Tant de questions sans réponses.

le penseur

Auguste Rodin, Le Penseur, 1903, Bronze, © Musée Rodin

À la rédac’, on s’est imaginé 1001 choses, et puis on s’est dit que le plus simple, c’était de mener l’enquête. Voici sans plus attendre, l’histoire du Penseur de Rodin.

le penseur

Auguste Rodin, Le Penseur, 1903, Bronze, © Musée Rodin

Cette sculpture en bronze est la plus célèbre d’Auguste Rodin.
Elle représente, mais ça vous l’avez compris, un homme méditant, tête posée sur sa main, regard dans le vide, vers le sol.

Pense-t-il à la condition humaine ? Ou a-t-il mangé un plat trop épicé ? Là est la question. Sa position porte en effet à confusion, mais partons tout de même pour la première idée, qui parait plus plausible et fait un peu plus rêver, avouons le.

 

le penseur

Auguste Rodin, Le Penseur, 1903, Bronze, © Musée Rodin

Réalisé en 1880, Le Penseur est d’abord nommé Le Poète.
Il représenterait Dante, l’auteur de La Divine Comédie, œuvre connue de tous les bacheliers de la section L. (ou bac A, pour les plus vie.., heu, les moins jeunes quoi !).

La Divine Comédie a d’abord inspiré à Rodin son œuvre La Porte de l’Enfer.

Auguste Rodin, La Porte de l’Enfer, v. 1880-1890, Bronze, © Musée Rodin

Le Penseur, placé au-dessus de la porte, penché en avant, contemplait les damnés de l’Enfer tout en méditant.

À l’origine, la sculpture Le Poète appartenait à cette porte, qui comportait plus de 200 figures. Mais Rodin a laissé la réalisation de cette porte trainer, la voyant ne jamais se terminer. C’est alors que le Poète est devenu Le Penseur, pour enfin vivre son indépendance et être exposé comme œuvre autonome.

Par sa puissance musculaire, par ses mains trop grandes et par sa position inconfortable, elle ne cesse d’inspirer les générations suivantes.
Rodin dira même : « Il ne pense pas seulement avec son cerveau, avec son sourcil froncé, ses narines écartées et ses lèvres pincées, mais aussi avec chaque muscle de ses bras, de son dos et de ses jambes, ses poings serrés et ses orteils crispés. »

le penseur

Auguste Rodin, Le Penseur, 1903, Bronze, © Musée Rodin

Finalement, ne pas connaître le fond de sa pensée crée tout le succès de cette œuvre mystérieuse, chacun est libre de s’imaginer ce qu’il veut et essaye de s’immiscer dans la tête de notre homme.  On vous laisse méditer là-dessus et si jamais vous avez des talents de mentaliste, on compte sur vous pour percer le mystère et nous prévenir !