ArtNews

Picasso, d’accord ! Mais Goya dans tout ça ?

 

Il y a maintenant quelques jours que l’exposition « Picasso et les maîtres espagnols » a commencé. Mais on n’a pas fini d’en parler.

Évidemment, cette exposition présente des œuvres de Picasso (sans blague…).
Mais pas que ! On n’y retrouve aussi des œuvres de Sorolla ou encore Goya.

C’est pourquoi, aujourd’hui, on redécouvre ce dernier !

Il y a peu, nous parlions du tableau hyper flippant de Goya, pendant notre semaine de l’horreur.
Mais Francisco de Goya est l’auteur de bien d’autres tableaux, un peu moins flippant.

Francisco de Goya

Francisco de Goya, Les Vieilles, ou Le Temps, 1808-1812

Ou pas…

On vous l’accorde, celui-là, niveau frissons, il n’est pas mal non plus…
« Le Temps » ou « Les Vieilles » a été peint pendant la guerre d’indépendance espagnole. Alors on peut comprendre, qu’à l’époque, ce n’était pas « folichon » comme ambiance.

Francisco de Goya

Francisco de Goya, L’ombrelle, 1777

En plus heureux, il y a « L’ombrelle » de 1777, la jeune femme, habillée « à la française » se repose après une agréable promenade. Celle-ci est protégée par une ombrelle tenue par un domestique.
Sauf qu’elle n’a pas intérêt à trainer, la petite dame, vu le vent et les nuages gris qui arrivent derrière elle, la pluie ne doit pas être très loin.

Un tableau au style rococo français, avec des couleurs claires. Un thème très abordé à l’époque puisque l’ombrelle est un élément récurrent dans la peinture de la fin du XVIIIe siècle.
Cependant, Goya y ajoute sa touche d’originalité avec son réalisme et la spontanéité avec lesquelles il dépeint ses personnages.
Habituellement, dans le style rococo, les personnages ne regardent jamais le spectateur dans les yeux en souriant. Il semblerait alors qu’une influence néo-classique se manifeste dans le tableau.

Francisco de Goya

La gallina ciega, 1788

Le table « La gallina ciega » est également un tableau agréable.
Primo parce que « La gallina ciega » signifie « La poule aveugle » et que ça à l’air super sympa comme jeu, on retient l’idée pour le prochain séminaire d’entreprise.
Deuxio parce que c’est l’été et que la haute société de Madrid vient profiter de la fraîcheur des bords de l’eau.
Les personnages sont habillés à la mode « française », parce qu’à l’époque, c’est très tendance.

Francisco de Goya

Francisco de Goya, Tres de mayo, 1814


Et pour finir en beauté tristesse, parce qu’on ne peut pas passer à côté : il y a aussi « Tres de Mayo de 1808 en Madrid », célèbre tableau de Goya. Les soldats français exécutant les combattants espagnols participant à la révolte de la nuit du 2 au 3 mai 1808.
C’est l’une des représentations les plus connues et marquante de la dénonciation des horreurs liées à la guerre.
Une œuvre qui dénote des représentations traditionnelles de la guerre et qui va marquer le début de l’ère moderne.
Une toile qui va révolutionner par son style, son sujet et son intention.

Pour en voir plus, rendez-vous aux carrières de lumière !