News

Un Orient sans mirages : Georges Gasté (1869-1910)

Georges Gasté vous connaissez ?
Non ?
On va faire comme si on n’avait rien entendu et continuer notre article…

Georges Gasté

© Ville de Versailles
La terrasse de Sitta, Agra, 1906.

Georges Gasté

© RMN (Musée d’Orsay)
Ville de Versailles
Le Bain des Brahmines.


Après l’exposition consacrée au peintre orientaliste André Suréda, cet été, le Musée Lambinet se donne pour objectif de raconter la vie et l’œuvre de Georges Gasté.
Alors que l’Orient reste, chez de nombreux peintres, un lieu de rêves et de fantasmes, Georges Gasté découvre la chaleur du sud lors d’un voyage au Marocen 1889. Sous le charme, il décide de devenir peintre orientaliste. Il entreprend alors de nombreux voyages en Afrique du Nord, puis s’installe pendant quatre ans à Bou Saâda (Algérie) avant de rester au Caire (Égypte), de 1898 à 1903. Ainsi, il immortalise les populations locales croisées en Algérie puis en Egypte et en Inde. Des portraits vibrants et sensibles à l’image de son tempérament.

Toujours en quête d’émotion et de vérité dans ses portraits et ses scènes de la vie quotidienne, il se détache de nombreux orientalistes qui ont pastiché la vie orientale. Son œuvre photographique se révèle aujourd’hui la plus personnelle et la plus moderne. Grâce à sa proximité avec les populations des pays dans lesquels il a vécu, ces photographies sont autant des œuvres d’art que des études descriptives et analytiques.
Alors allez, sans plus tarder, découvrir l’exposition Un Orient sans mirages pour découvrir le talent de Georges Gasté et son œuvre vibrante à la fois photographique et picturale.

La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez le (re) découvrir au Musée Lambinet de la Ville de Versailles jusqu’au 18 février 2018.