ArtNews

Les demoiselles d’Avignon et leurs secrets…

Aujourd’hui, à la rédac’ de Museum, on a choisi de parler d’un tableau qui nous tient à cœur.
Un tableau qui a marqué l’Histoire de l’art, alors attrapez votre popcorn, vous allez en prendre plein les yeux.

Les demoiselles d’Avignon de Picasso.

Picasso, Les Demoiselles d’Avignon, 1907 (exposé au MoMA de New York)

Ce tableau de 1907 marque le début de la révolution de l’art moderne. À la fois brutal et agressif, il change les codes de la peinture. Découvrons cinq faits insolites sur cette œuvre, toutes les clefs pour impressionner vos amis au prochain passage aux carrières de Lumières.

1. 9 mois, un gros bébé.

Pour réaliser ce tableau, il aura fallu pas moins de 9 mois et plus de 800 croquis et esquisses préparatoires.
Picasso a besoin de neuf, il veut innover, réinventer et créer.

Picasso, Étude pour Les demoiselles d’Avignon, 1907 (exposé au MoMA de New York)

Carnet 12, folio 10 recto : Etude pour la demoiselle assise : nu à la draperie » Picasso

2. Les inspirations de Picasso

Si Picasso avait un tableau d’inspirations sur Pinterest, il aurait surement épinglé Ingres ou encore Gauguin ;
Le Bain turc d’Ingres, dévoilé au musée du Louvre en 1905.
Il s’inspire alors de l’accumulation des corps et de la pause au bras levé.

Le bain turc Jean-Auguste-Dominique Ingres , 1862 Huile Toile marouflée sur bois : 108 x 108. Paris, Louvre

Et le tableau de Gauguin : Femmes de Tahiti qu’il découvre en 1906.
Il s’inspire de la corpulence des femmes, aux bras et mains fortes.

Femmes de Tahiti – Paul Gauguin, 1891

3. La concurrence avec Henri Matisse

Une rivalité respectueuse qui leur permet de toujours se surpasser pour devenir meilleur que l’autre et renouveler son art.
En 1906, Henri Matisse présente le tableau « La joie de vivre » ,en réponse à ce tableau,  Picasso réalise Les demoiselles d’Avignon.

La joie de vivre Henri Matisse, 1905
Huile sur toile, 174 x 238

Par la suite, Henri Matisse répliqua aux demoiselles en 1910 avec « La Danse ».
Une gentille guerre qui leur a permis de se surpasser à chaque tableau.

Henri Matisse, La Danse, 1909-1910, Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage. Huile sur toile, 260 × 391 cm. © Succession H. Matisse. Photo : © The State Hermitage Museum, Saint Petersburg, 2015/ Vladimir Terebenin, 2014

4. Les secrets du tableau

Où sont les hommes ?
Picasso avait prévu de représenter deux hommes, un étudiant et un marin. Pour provoquer davantage, il décide de ne pas les peindre. Ainsi, l’attention est portée sur les femmes et le spectateur devient client voyeur.

Avignon ? En France ?
Non, rien à voir.
Le tableau avait, à l’origine, pour titre « Le Bordel d’Avignon » en référence à la rue « Avinyo » à Barcelone. Une rue près de laquelle vivaient de nombreuses prostituées.
Cependant, pour ne pas choquer le public lors de l’exposition publique de 1916, il dut en modifier le titre.

5. Picasso, sans cesse en évolution.

Les femmes du tableau semblent avoir été faites avec une technique différente.
Les trois femmes de gauches sont réalisées en premier, elles sont géométriques et claires. Picasso s’inspire de l’art ibérique pour leur visage.
Les deux femmes de droite sont différentes, la femme debout semble porter un masque africain et celle au premier plan a une position impossible.

Picasso, Les Demoiselles d’Avignon, 1907 (exposé au MoMA de New York)

En regardant de plus près le visage de la femme au premier plan, on peut facilement deviner la future évolution de Picasso. Le visage est décomposé, de face comme de profil, sa peinture évolue.

Et voilà, maintenant, il ne reste plus qu’à aller aux carrières de lumières avec un ami, se poser devant l’œuvre et impressionner ce même ami.

Vous avez jusqu’au 6 janvier.