Découvrir

Etre une femme, être une peintre – Berthe Morisot

« All the women who are independent
Throw your hands up at me
All the honeys who makin’ money
Throw your hands up at me »

Destiny’s Child ? Oui oui ! Les femmes qui dansent en petite culotte peuvent aussi dire des choses censées.

Sinon, nous avons longtemps réfléchi à l’introduction de cet article. On s’est rappelé que le vendredi c’est le jour du poisson. Mais bon, aucun rapport.

morisot

Donc aujourd’hui, on va droit au sujet, on parlera de Berthe Morisot. La reine de l’impressionnisme est née en 1841. Vous saviez qu’elle est une descendante de Jean Honoré Fragonard ? La mère de Berthe était son arrière petite nièce. Lointain, certes, mais ça marche quand même. Alors la peinture, c’est de famille, même les sœurs de Berthe tombèrent dans le milieu.

morisot

Confiée à Jean-Baptiste Corot, Berthe suit très vite des leçons de peinture en plein air. Elle est par la suite, admise au Salon de 1864. Puis au Salon de 1865. Au début, elle était très peu remarquée. Mais comme dit l’oiseau : le nid se fait petit à petit (petit à petit l’oiseau fait son nid). Bref, elle finit par rencontrer plein de beau monde, dont Charles Baudelaire, Jules Ferry, et surtout, Édouard Manet.

morisot

Mais le cercle ne fait pas tout. Les critiques continuent de dénigrer les œuvres de Berthe. Et on ne veut pas accuser qui que ce soit mais quelqu’un a dit : « Les demoiselles Morisot sont charmantes, c’est fâcheux qu’elles ne soient pas des hommes. Cependant, elles pourraient, comme femmes, servir la cause de la peinture en épousant chacune un académicien ».

Manet. Oups, ça nous a échappé.

morisot

Édouard Manet alla parfois jusqu’à modifier les toiles de Berthe. Quel goujat. Heureusement, Berthe retouchait ses propres toiles au dernier moment. Ils sont toutefois restés amis. Soit.

morisot

Pendant la guerre, Berthe quitte Paris, et finalement revient dans la ville. La thug. Son atelier est endommagé et elle cesse de peindre un moment pour poser pour Édouard Manet.

Attention, on arrive au moment où Berthe commence à être reconnue par ses pairs. L’un des premiers est Edgar Degas. Berthe commence également à s’éloigner des influences de Édouard Manet pour développer son propre style, intégrant plus de couleurs. Elle finit même par l’influencer. Comme quoi, la roue tourne.

morisot

Après la mort de son père, Berthe intègre la Société anonyme des artistes peintres, sculpteurs et graveurs, et abandonne le Salon officiel. Évidemment, Berthe est la seule femme. Édouard Manet ne la suit pas. Berthe affirme son indépendance. La presse continue de la ridiculiser. Mais Berthe ne faiblit pas, elle participe à presque toutes les expositions de la Société anonyme.

morisot

D’autres femmes émergent, notamment Mary Cassat. Avec Berthe, elles commencent à s’imposer comme les chefs de file de la nouvelle tendance impressionniste. Pour la première fois, des femmes sont considérées à origine d’un mouvement d’avant-garde.

morisot

Dans ces dernières années, Berthe découvre de nouvelles techniques, comme la sculpture, et commence à traiter des nus.

En 1895, Berthe tombe malade. Elle souffre d’une congestion pulmonaire, et meurt en 1895. Sur le certificat de décès, aucune profession n’est indiquée. Pourtant, nous on y croit encore. Berthe était une grande artiste.

Demain, nous terminerons cette série avec … Mystère.